Conclusion d'une point de vue scientifique

 

      Le cannabis est donc une substance agissant sur le cerveau et plus particulièrement sur les synapses. Par sa présence il entraine une modification de la quantité des neurotransmetteurs dans le cerveau plus précisemment d'anandamide. Les conséquences de cette modification sont diretement perçu à l'échelle macroscopique : euphorie, rire etc.
      Nous avons également apris que le cannabis pouvait rendre dépendant une personne mais que cette dépendance appartenait plus au domaine psycologique qu'au domaine physique.
      Une consommation de cannabis a long terme peut entrainer certains dommages comme comme une diminution de la capacité de la mémoire ou une baisse de la concentration. Cepandant tous ces effets disparraissent déffinitivement avec l'arrêt complet de cannabis

 

      La cocaïne agit également sur le cerveau, mais sa consommation augmente nettement plus la production de neurotransmetteurs que le cannabis. La "sur-production" de ces neurotransmetteurs, dont la dopamine, est la cause des effets de la cocaïne.
      La dépendance liée à la cocaïne est double, on parle d'une forte dépendance physique et d'une dépendance psycologique. La dépendance physique est dût à la production de dopamine et de d'autres neurotransmetteurs dans le circuit de la récompense. Cette production entraine une adaptation du cerveau, et quand l'individu n'est plus sous cocaïne son cerveau réclamme une augmentation des neurotransmetteurs et donc l'individu doit consommer à nouveau de la cocaïne pour délivrer la dose de neurotransmetteurs dont il a besoin pour se sentir bien. Le cerveau s'habituant à la cocaïne le consommatteur doit consommer toujours des doses surpérieures à celles précédentes.
      La consommation de cocaïne présente de nombreux risques pour le consommateur : une dose trop importante de cocaïne peut entrainer des attaques cardiaques. De plus, la cocaïne se consommant généralement par voix nasale, ou par injection est un important facteur de transmition du SIDA : Les consommateurs qui se prétent leurs pailles ou leurs seringles s'exposent donc inconciament à ce risque.

 

      La cocaïne et le cannabis sont donc deux drogues agissant sur le cerveau et pouvant créer une forte dépendance. Il existe cependant de nombreux instituts et médecins spécialisés dans le sevrage et avec un accompagnement adapter tout individu dépendant sera capable d'arrêter sa consommation.
      Les impactent déstructeurs de ces deux drogues tiennent donc dans leurs caractères fort addictifs, c'est de cette dépendance que découlent tous les aspects néfastes au consommateur. Mais ce n'est pas l'usage de ces drogues qui en est directement responsable, c'est la régularité de la consommation, les apports financiers nécessaires pour s'en procurer et l'illégalité dans laquelle les consommatteurs se trouvent. Les nombreux risques auquels s'exposent les personnes sous l'emprise de drogue et les modifications que le cerveau effectue pour s'adapter à cette substanece nouvelle sont également à déplorer.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site